Catégorie : Relations Humaines

Comment améliorer l’estime de soi?

 

 

Comment améliorer l'estime de soi

Nous cherchons tous à vivre le plus positivement possible.

malgré les conflits, les actualités pas très roses, nous cherchons tous à vivre de manière positive ou cherchons à être le plus heureux possible. Nous cherchons donc à avoir la plus haute estime de soi car l’inverse n’est pas facile à accepter. Si tel est le cas, nous mettons tout en œuvre pour changer cela. Par tous les moyens possible nous cherchons à nous voir sous un jour plus positif. N’avez-vous jamais essayé de vous tenir devant le miroir en vous parlant à vous-même et en affirmant des choses telles que : je suis la plus belle (beau), mes cheveux sont soyeux, brillants, mes abdos, …? Nous ne pouvons pas contrôler nos pensées et l’image positive que nous pouvons tenter de projeter dans le miroir est la plupart du temps très éphémère…

Même une forte estime de soi peut générer des troubles psychiques.

Les recherches montrent en effet que même une profonde estime de soi peut générer des troubles psychiques. Vous avez bien lu, qu’elle soit exagérément positive ou négative, l’estime de soi peut être un obstacle sur la route du développement personnel. Car trop centré sur soi empêche de créer un lien profond avec les autres. L’important étant de ne pas prendre ces pensées trop au sérieux tout le temps.

Quelle image de soi?

Comment améliorer l'estime de soi1

Prenez ou ouvrer deux pages blanches. Sur la première, notez toutes les pensées négatives que vous avez sur vous-même. Je suis trop grand(e), trop petit(e), pas toujours aimable, colérique, pas organisé(e).. Liste bien en prenant le temps de bien réfléchir. Il n’y à pas de mauvaises réponses.

Sur la seconde page à l’inverse, notez ce que vous trouvez de positif en vous. Je suis agréable, j’aide les autres, je suis patient(e)..

Le miroir.

Comment améliorer l'estime de soi2

Maintenant que vous avez rempli ces deux feuilles asseyez-vous sur une chaise et placez devant vous une autre chaise. Imaginez que sont assis sur cette chaise en face de vous tous les gens qui comptent dans votre vie : amis, sœurs, frères, collègues ….

Mettez-vous maintenant dans la peau de votre vous négatif uniquement. Prenez votre feuille avec vos “caractéristiques négatives”  et lisez ce que vous avez noté. Vous êtes d’accord que vous ne voyez plus en face de vous les personnes assises sur la chaise?

Maintenant faites la même chose avec l’autre feuille te vos caractéristiques positives. De nouveau le contact visuel est perdu. Placez maintenant la feuille dans la main gauche et regardez-la comme vous regarderiez normalement une feuille  à hauteur de vos genoux. Vous pouvez maintenant lire et regarder en levant la tête les personnes que vous voyez parfaitement!

Continuez cet exercice en passant du positif au négatif. Puis continuez sans regarder la feuille, vous souvenez-vous vraiment de ce qui est écrit? Finalement, est-il si important que votre estime de vous-même soit bonne ou mauvaise? Cet exercice démontre qu’il importe peu que vos pensées soient positives ou négatives. La prochaine fois que vous serez assailli par ce type de réflexion, répétez cet exercice, en gardant le conatct avec la personne en face de vous et le monde qui vous entoure, en mettant vos pensées de côté, soyez dans l’instant présent.

Cessez de vous préoccuper de l’avis des autres

cessez d evous préoccuper de l'avis des autres 1

Nombreux sont ceux qui craignent ce que les autres pourraient bien penser si nous suivions notre propre chemin.

La plus grande peur en réalité est celle d’être rejeté. Il est important de comprendre avant tout chose qu’aux yeux des autres nous ne sommes jamais assez bons. Même si vous apportez du bien-être à 1000 personnes dans le besoin ou si vous étiez capable de faire pleuvoir des ligots d’or, des gens penseront que c’est “nul” car mauvais pour les carrosseries de voitures stationnées dans les rues.

Quoi que vous fassiez, quel que soit le degré de votre réussite, quelqu’un y trouvera toujours quelque chose à dire. Il est donc important de comprendre qu’il est inutile de vouloir plaire à tout le monde.

Découvrez vos vulnérabilités.

cessez d evous préoccuper de l'avis des autres 2

Le fait de tant se préoccuper de l’avis des autres dit quelque chose sur vous-mêmes. Si quelqu’un vous traite de menteur et que votre réaction est excessive, vous pouvez en conclure que vous détestez que l’on doute de votre honnêteté. Les autres ne peuvent nous blesser que là où nous sommes déjà vulnérables. Il est donc important de connaître nos points sensibles.

Prenez une feuille blanche et listez les remarques que vous détestez le plus entendre à votre encontre. Laissez un peu de place pour pouvoir ajouter des choses plus tard, car avec le temps, vous accepterez mieux vos petits “défauts”.

Gardez cette liste avec vous et ci vous vous sentez blessé à l’avenir par une remarque qui n’est pas sur la liste, ajoutez-la. Au lieu d’avoir l’impression d’être en conflit avec l’autre, vous apprendrez ainsi à vous sentir simplement touché par ses mots. Dans ces moments-là, essayez de faire preuve de plus de compassion envers vous-même.

N’oubliez pas également que si autrui vous attaque sur vos points “faibles” c’est aussi parce qu’il est jaloux de vous. Néanmoins les connaître vous permettra de vivre de façon plus zen au quotidien.

Cher Cancer

cher cancer 5

Cher Cancer,

Nos routes ce sont croisées il y a dix sept ans maintenant et donc un peu comme un anniversaire, je t’écris cette lettre.

C’est une lettre qui je l’espère au travers des médias sociaux, trouvera un échos auprès de toutes celles et ceux qui se battent ou qui se sont battus contre le cancer. Car le cancer contrairement à ce qui se passe aujourd’hui dans le monde, n’a pas de sexe, n’a pas d’âge, n’a pas de religion. Il ne fait pas de différence entre les enfants, les ados, les personnes âgées, les parents, les personnes gentilles ou méchantes.

Nous avons passé 17 ans de “ma vie” ensemble. J’ai donc appris à te connaître “cancer”, au départ, la première fois que l’on s’est rencontré il y à 17 ans, je ne t’ai pas accepté, je n’ai pas voulu te laisser de la place dans ma vie, parce que j’estimais que tu n’avais rien à y faire. J’ai donc fermé les portes, j’ai pris ça comme un seul combat unique, une seule guerre.

Je n’ai donc pas changé mes habitudes, le chirurgien a fait son travail, et pour ma part, comme je n’acceptais pas ta présence, je me suis “simplement” dit, continue de vivre “comme tu vivais” hier. Avant que tu n’arrives dans ma vie. Je continuais donc de travailler, même pendant les traitements chimio. J’ai continué de faire du sport. Beaucoup de sport, même si les médecins me disaient de ne pas en faire de trop, mais cela m’a tellement apporté durant ces épreuves. Malgré aussi ce que mon entourage le plus proche me disait. Puis voilà, les choses se sont passées et j’ai repris le cours de ma vie.

Puis tu es revenu une seconde fois et une troisième fois. Comme si la vie me disait que, je n’avais pas compris que mon corps avait tiré la sonnette d’alarme la première fois. Pas compris pourquoi tu entrais comme ça de manière invasive dans mon corps, mes organes, mes cellules. Tu as complètement changé ma vie, tu m’as fait souffrir dans mon corps, dans mes chairs, dans mon esprit. Tu m’as pris en otage ainsi que mes proches qui ont subis eux aussi toute la souffrance que je pouvais subir. Même si mes proches essayaient de ne pas montrer combien, j’avais faibli, je perdais du poids, mon corps se métamorphosait tous les jours un peu plus. Car c’est ainsi que tu agis, sournoisement, tu prends toutes les forces qui restent et plus encore. J’ai eu des moments de doute, bien entendu. La peur m’a parfois tenu compagnie durant des jours et des semaines. Je me suis à plusieurs reprises retrouvé aux soins intensifs totalement impuissant, totalement incapable de faire un seul geste, branché de toute part et livré au seul bon vouloir du personnel soignant à qui je tire mon chapeau car ça n’est pas un métier facile que de venir en aide bien souvent avec des effectifs et des moyens réduits au maximum. Je voudrais dire aux politiques qui prennent des décisions sur les moyens à disposition dans les hôpitaux d’aller ne serait-ce qu’une fois dans des services de soins palliatifs ou simplement dans les services et de voir combien il est parfois difficile aux équipes  soignantes de pouvoir soigner “dignement” les malades. Les équipes sont stressées poussées par un timing de soins à respecter. Il est un point crucial à ne pas négliger dans la guérison et que l’on oublie, c’est le bien-être du malade. J’ai souvent parlé avec les équipes soignantes en 17 ans, et le constat est alarmant. Le stress est présent, et les soignants sont unanimes, ce qui est le plus frustrant est de ne pas pouvoir passer un peu plus de temps avec chaque malade pour leur apporter un soutien psychologique. Car madame la ministre, un malade atteint du cancer est seul face sa conscience quand le soir venu les visites sont terminées. Quand il n’a personne pour lui rendre visite. Ce qui ne fût pas mon cas, car j’ai la chance d’être bien entouré. Ma famille, mes amis et surtout mon épouse a qui je tire mon chapeau même si elle n’a pas vécu à mes côtés les 3 cancers elle a été là pour les moments les plus difficiles de mon existence. Elle a toujours était là, malgré qu’elle aussi souffrait de me voir dépérir impuissante. cher cancer

Je me suis donc mis à analyser cette seconde fois et cette troisième fois. Analyser pour comprendre pourquoi tu revenais à nouveau dans ma vie. J’ai compris que tu entrais et laissais une empreinte indélébile dans mon corps, dans ma vie. J’ai cherché à comprendre qui tu étais. J’ai découvert, qu’il y avait un nombre incroyable de cancers différents. Mais il y a tout autant de façon de combattre, “d’accepter” ce qui arrive quand “Tu” entres dans la vie des gens.

Pour moi, les personnes atteintes d’un cancer deviennent “malgré elles” des “guerriers”. Des guerriers du cancer. Les personnes atteintes du cancer sont affaiblies mais pas faibles, au contraire. Il faut beaucoup de courage pour se battre contre le cancer et la maladie chronique en général. Les personnes atteintes d’un cancer sont abimées dans leur chair, mais “en général” font preuve d’humilité.

Je m’adresse maintenant aux personnes qui ont le cancer ou une maladie chronique “grave”. N’ayez pas honte de ce que vous traversez, de ce qui vous arrive. Vous n’êtes pas des pestiférés. Ca n’est pas facile de faire face au cancer. Cela remet beaucoup de choses en question. Toute votre vie. Le regard des autres, ceux qui jugent, critiquent, j’ai envie de vous dire “ n’en tenez pas compte”.  Ils n’ont pas de leçon à vous donner et de votre côté, vous n’avez pas à vous justifier devant eux. C’est vous qui entre guillemets “pourriez” leur donner une leçon de vie. A celles et ceux qui vous regardent “ de haut” vous jugent, vous méprisent même parfois, parce que votre corps change, vous perdez du poids, vos cellules se fatiguent. Votre état psychologique s’amenuise. Tout change en vous avec le cancer, la chimio vous affaiblit. La première fois, j’a perdu 20-25 kilos. Pour quelqu’un qui était comme moi “fort” physiquement, je pratiquais la musculation à “haut” niveau. J’ai récupéré un peu aujourd’hui mais loin, de ce que j’étais avant ces maladies.

cancer7

Personne autour de vous ne peut vous donner de leçons. Il faut également penser à votre entourage, l’entourage des personnes atteintes du cancer. C’est important, les personnes qui sont là, qui vous aiment, souffrent également de vous voir comme ça affaibli par le cancer. Parfois elles souffrent “presque” tout autant que les personnes malades. C’est difficile de vivre au quotidien aux côtés des personnes malades. Je ne donne pas de leçon, mais il faut également apprendre à vous protéger. Il ne faut pas se jeter corps et âmes “sous prétexte” que la personne malade est une personne proche de vous de cœur ou de sang. En faisant cela c’est vous qui risquez de perdre pieds. Vraiment, je vous assure, ceci n’est pas la bonne façon de faire. Prenez des moments pour vous ressourcer afin d’être disponible au moment où la personne malade en aura le plus besoin. Car vous allez parfois être face à des chirurgiens qui ne prennent pas en compte ou si peu le bien-être des malades. Attention, je les félicite, moi je suis toujours tombé sur des chirurgiens efficaces. D’un autre côté, le chirurgien, ne peut pas ressentir ce qu’un malade atteint du cancer ressent. Il connait la maladie, mais n’a pas eu le cancer. Il ne connait pas la douleur de la personne malade. Il fait le geste technique et heureusement “majoritairement” le fait bien. Certains ont de la compassion, pas tous, et ils ne le peuvent pas sinon, ils prendraient la misère du monde sur les épaules. C’est le plus souvent, l’équipe soignante “ infirmières, aide-soignantes” qui accompagnent les malades. Qui parfois même absorbe la souffrance du malade et la détresse au quotidien. Sans oublier comme je le disais auparavant, les personnes qui vous “aiment”, mais il faut se protéger.

Le malade ne vous en veut pas si une journée ou deux, vous ne venez pas le voir. Parfois il a envie de vous dire “ ne vient pas”. Prends soin de toi, prends du temps pour toi.

cancer

Voilà, cher Cancer, j’avais déjà envie de dire ceci. Toi qui t’insinue dans la vie des gens et qui change tout comme une tempête. Nous, en tant que malades avons, j’ai envie de dire des “obligations” c’est peut-être un peu fort car nous sommes tous différents face à la maladie. Mais nous devons nous battre, ne pas baisser les bras et surtout ne pas s’avouer vaincu avant d’avoir combattu. Je sais que cela est facile à dire, mais je vous en conjure, essayez de continuer à sortir même si c’est 30 minutes dans la nature, ou en salle de gym pour bouger un peu. Fixez-vous des objectifs même les plus petits tant qu’ils sont adaptés à vos capacités. Lisez, pratiquez la méditation. Je sais que parfois on souffre, on a mal physiquement. Il faut rester positif. Je ne donne pas de leçon, je partage mon combat, 3 cancers en 15 ans plus des interventions et autres soucis issus de ces cancers. Je n’ai aucune leçon à donner, j’ai vécu des choses et je combat encore certains problèmes liés à ces 17 dernières années. J’ai également des proches qui se battent contre ce fichu cancer, je veux juste donner de l’espoir à celles et ceux qui souffrent.

En tant que malade à un moment donné, j’ai mis des choses en place pour m’aider à traverser ces maladies. Ces choses m’ont aidées à traverser ces épreuves et me sortir de tout ça. 17 ans c’est long, mais même si parfois j’ai pu avoir des moments de doute, je suis passé au travers de ces épreuves. J’ai donc compris que j’avais des choses à changer dans ma vie, pour être plus en harmonie avec mon corps. Je n’étais pas en harmonie avec mon corps, le stress, le travail, voyager autour du monde pour de mauvaises raisons. J’ai testé beaucoup de choses différentes, j’ai donc envie de les partager avec vous au travers de mon blog que vous pouvez atteindre ici http://accomplirsondestin.com/

Mon but est de donner du positif aux personnes qui souffrent du cancer ou de la maladie. Alors, si vous lisez cette lettre ouverte au Cancer et que vous pensez que cela peut aider d’autres personnes, alors partagez-le, traduisez-le, je souhaite qu’il puisse traverser les frontières. Si cela peut aider des personnes autour de vous s’il vous plaît faites circuler ce message et qui sait donner de l’espoir pour changer de toute cette négativité que l’on voit aujourd’hui. En tant que malades, nous sommes des guerriers de lumière, nous pouvons apporter un plus en partageant ce message d’espoir.

Merci

Freddy

Ne passez pas à côté de cet email

ne passez pas a cote de cet email

Tout d’abord, je souhaite remercier toutes les personnes qui suivent mon blog depuis sa création et qui sont aujourd’hui fidèles à ce que je publie.

J’ai maintenant 6 mois d’existence durant lesquels, j’ai essayé de comprendre ce qui au travers de mon blog pouvez vous toucher, vous “aider”, vous apporter des éclairages sur différents sujets qui vont du bien-être au développement personnel ou encore à des techniques aidant à améliorer son existence ou celle de vos proches.

Etant donné que un peu plus de 400 personnes sont inscrites à ma news letter, je me dis que j’apporte a minima certaines choses. j’ai aussi un peu plus de 5000 visites à ce jour, donc, de la même façon, je pense que certains d’entre vous y trouve un intérêt.

J’ai donc pris le temps d’analyser ce qui avait fonctionné et ce qui avait moins bien fonctionné durant ces 6 mois. j’ai également essayé de vous donner la parole et j’ai eu quelques retours également. Cela m’a aidé à comprendre qui vous étiez et ce que vous recherchez en suivant ce blog. Mais plus encore, j’ai également de mon côté pu comprendre là où j’avais vraiment des facilités ou devrais-je dire des prédispositions sur certains sujet plus que d’autre.

Tout ceci pour vous dire, que je vais “centrer” ou “recentrer” mes articles sur deux axes bien précis. Le premier continuera de traiter sur des sujets concernant le dépassement de soi sous toutes ces formes, au travail, dans le sport, dans la vie et un second volet qui lui aura pour principe d’apporter mon expérience autour du cancer et de la maladie. Expérience en tant que malade mais aussi un regard sur les personnes qui vivent aux côtés de personnes atteintes de maladie graves et comment se comporter, comment agir en tant que malade. J’envisage d’ailleurs très prochainement d’écrire un premier article qui s’intitulera tout simplement “ Cher Cancer”. Une lettre ouverte adressée directement à ce fléau de société.

Je comprendrai que par ce “recentrage” certaines personnes puissent ne pas se sentir concernées, je ne jugerai pas bien entendu. Vous aurez pu remarquer qu’à chaque fois que je vous envoie un mail sur un article , il y à une possibilité de vous désinscrire de cette envoie. Si vous pensez en effet que la direction que je prends avec mon blog se décale de ce pour quoi vous vous y étiez inscrit ne vous convient plus, il vous suffit alors de vous désinscrire et je ferai le nécessaire. naturellement, je souhaite de tout cœur vous garder à mes côtés, mai je comprends également que votre temps est précieux et si mes sujets ne sont pas assez bons pour vous garder, je ferai de mon mieux pour les améliorer.

Prenez soins de vous.

Freddy

Arrêtez de vous excuser pour ce que vous êtes

Parce que beaucoup de petits choix peuvent faire une grande différence.

Ce que vous faites importe.

arretez de vous excuser pour ce que vous etes
Tout. Les grandes choses. Les petits trucs. Même les trucs ennuyeux.
Il importe que vous perdiez du temps. Il importe que vous blâmiez les autres pour vos échecs. Il est important que vous soyez paresseux parfois.
Il importe parce que la réalisation de vos objectifs est important. Et éliminer les excuses est le chemin qui vous y mène. C’est le même chemin que tout grand visionnaire a suivi.

Tiré du livre: Arrêtez d’utiliser ces 3 excuses si vous voulez réussir:

  • Sigmund Freud a été hué de la scène la première fois qu’il a présenté ses théories à un groupe de scientifiques en Europe. Il a ensuite remporté le prix Goethe pour son travail en psychologie.
    Winston Churchill a échoué à la sixième année et a perdu toutes les élections publiques qu’il a courues jusqu’à ce qu’il soit élu Premier ministre de l’Angleterre à l’âge de 62 ans.
    Albert Einstein n’a pas parlé jusqu’à ce qu’il ait 4 ans, ne pouvait pas lire les mots de base jusqu’à ce qu’il ait 7 ans et a été expulsé de l’école. Il finit par révolutionner la physique avec sa théorie de la relativité.
    Henry Ford a échoué à l’agriculture, en étant apprenti et en tant que machiniste, et a fait faillite cinq fois. Il modernise la production de masse.

Vivre libre c’est assumer la responsabilité de tous les aspects de votre vie. Il s’agit de créer un avenir dont vous êtes fier.

Arrêtez donc de vous trouver des excuses pour ce que vous êtes et où vous en êtes dans votre vie.

Et si ça n’a pas été fait avant?

  • Soyez le premier à le faire.

Peu importe si vous vous trompez quelques fois?

  • Réinventez-vous.

Que faire si vous n’avez pas de hauts diplômes?

  • Soyez curieux. Apprenez encore plus.

Et si personne ne croit en vous?

  • Vous n’avez pas besoin d’approbation pour réussir.

Et si ça devient difficile?

  • Toutes les grandes choses exigent la douleur et la perte.

Que se passe-t-il si vous continuez à essayer et que vous n’obtenez pas de résultats?

  • L’audace est toujours le bon choix.

Et si les gens ne vous suivent pas?

  • Ils suivront une fois que vous ferez quelque chose d’étonnant.

Si vous êtes blessé?

  • C’est le prix de l’audace.

Si vous êtes sous-apprécié?

  • L’égo ne vous ferait que complaisance.

Que se passe-t-il si tout ce que vous pensiez était juste s’avère être faux?

  • Rédiger de nouvelles règles.

Et si les experts ne sont pas d’accord avec vous?

  • Les experts pourraient avoir tort.

Que faire si vous donnez plus que vous obtenez?

  • Vous pourriez être plus heureux.

Et alors? Et alors? Et alors? Le reste de ce qui-suis sont juste des excuses.

Vous devez regarder en vous-même et défier les démons qui vous empêchent de réussir.

Vous ne serez jamais à la hauteur d’être un champion jusqu’à ce que vous pouvez regarder passé la peur et l’échec et les excuses qui vous retient.

arretez de vous excuser pour ce que vous etes1

Tiré du livre: 10 habitudes quotidiennes empêchant le retour de la réussite:

Cela commence par croire que vous pouvez être étonnant indépendamment de qui ou où vous êtes dans la vie en ce moment.

Carl « Sugarfoot » Joseph est né à Madison ( Basketteur Américain très connu en Floride), en Floride, à l’est de la capitale de l’État. Le quatrième de 10 enfants, il a été élevé par une mère célibataire. Ils étaient une famille pauvre vivant dans le pays sans aucun accès réel aux installations récréatives ou sportives.
C’est probablement pourquoi Joseph a travaillé si fort pour devenir un athlète vedette. Grandissant, il a joué au basketball et au football de rue. Il s’est mesuré et battu avec les garçons plus âgés et cela lui a appris à être dur. Il était poussé violement au sol il se relevé et recommencé. Finalement durant ses études il a gagné une bourse et est devenu Basketteur professionnel après plus de 15 ans de sa vie durant laquelle il aura tout essayé. Il est devenu jouer à la NFL etc, a gagné des championnats est devenu entraineur….

Alors … quelle était votre excuse?

Éliminer les excuses est important parce que votre avenir est important.

Si vous obtenez seulement l’avenir pour lequel vous travaillez, alors ce sur quoi vous travaillez est assez important, non? Vous n’avez probablement pas envie de visser ça.
S’il ya une liste de choses à ne pas manquer, «votre avenir» doit être haut sur la liste.

Vos décisions conduisent à votre destin.

Tôt ou tard, ce que vous faites – et qui vous êtes réellement – détermine ce que vous atteignez finalement.
Mais qu’est-ce que cela signifie réellement?
Parlons de la quantité de sommeil dont vous avez vraiment besoin et de la façon dont une telle décision influe sur vos résultats.
Se lever plus tôt signifie que vous avez plus de temps pour conquérir le monde. Le simple fait de se lever une heure plus tôt un jour pendant 50 ans équivaut à un supplément de 2 281 jours ouvrables – ou 6 ans et demi – de conquête.

Vous gagnez plus quand vous vous battez plus.

Vos décisions quotidiennes – ou les excuses que vous faites – s’accumulent au fil du temps.
Il est facile de dire que travailler dur est important. Nous le savons tous, non? Mais juste parce que vous dites les mots ne signifie pas que vous faites la partie «faire».
Votre avenir concerne les décisions que vous prenez – pas les idées que vous avez.
Nous voulons tous ce supplément 6 1/4 années de conquête. Mais quand nous avons en une seconde  juste pour décider de rester au lit ou se lever et conquérir, la plupart d’entre nous choisissent le confort -après tout, c’est juste une heure. Mais les résultats changent la vie. Au sens propre.
Les décisions que vous faites des centaines de fois par jour construisent votre avenir. Ils comptent tous. Alors, comment pouvez-vous changer votre avenir aujourd’hui?
Commencez par croire que vous avez de l’importance. Que ce que vous faites importe. Que ce que vous faites en ce moment change les possibilités pour votre avenir.
C’est un état d’esprit.

Tiré du livre : 5 états d’esprit de personnes qui ont réussies

Choisissez d’être positif quand les choses qui font peur.
Combattez pour gagner même lorsque vous avez juste le vent de face

Soyez honnête, même si cela signifie que vous serez embarrassé.
Prenez le temps d’apprendre de nouvelles compétences, de nouveaux talents et de nouvelles idées .
Investissez dans l’inspiration personnelle au lieu de laisser l’anxiété conduire vos décisions.
L’importance d’éliminer les excuses est de comprendre le résultat des décisions individuelles.
Être positif 20 fois par jour pendant 15 ans est 109.500 occasions de créer un avenir plus heureux.
Dites la vérité juste une fois de plus chaque jour vous donne 365 raisons de plus par an à vous faire confiance.
La lecture d’un nouveau livre par semaine pendant 22 ans équivaut à 1 144 nouvelles idées des esprits les plus intelligents du monde.
La création de cinq nouvelles relations significatives (en personne) par mois sur 35 ans est de 2 100 nouvelles personnes sur lesquelles vous pouvez compter quand vous avez vraiment besoin d’aide.
Beaucoup de petits choix font une grande différence.
Que faire si vous avez eu 109.500 moments plus heureux, 30 plus de succès, 365 autres moyens de vous faire confiance, 1.144 idées nouvelles et 2.100 nouveaux amis?
Pourriez-vous conquérir plus? Pourriez-vous faire des choses audacieuses?
Peut-être. Probablement. Vous pouvez parier dessus.

Arrêtez donc de vous trouvez des excuses.

7 erreurs que font la plupart des Managers débutants

 

Traduit de l’anglais “7 Mistakes Most First-Time Managers Make at Least Once” Par Avery Augustine

 

7 Erreurs que font la plupart des MANAGERS débutants.

Devenir manager pour la première fois est incroyablement excitant, mais extrêmement écrasant.
Dans vos mains, vous avez maintenant le pouvoir d’effectuer des changements, un impact, et guider les employés de votre équipe à des choses plus grandes et meilleures.
Mais il faut aussi comprendre exactement comment, pour le faire correctement.
Dans le processus, vous ferez probablement quelques erreurs. La transition est non seulement une promotion et une augmentation de salaire, c’est un changement dans un nouveau type de rôle qui exige un ensemble de compétences. Il faut donc être à l’affût de ses erreurs.

1. Essayer toujours de faire les choses vous-même

En tant qu’employé, vous vous concentriez sur les tâches. Vous aviez eu une liste de choses à faire et pour lesquelles vous étiez responsable, et votre responsabilité principale était de réaliser ces tâches.
Ainsi, la transition peut être difficile quand tout d’un coup, vous ne disposez pas cette liste de tâche pour guider votre journée.
En tant que Manager, vous ne pouvez pas vous concentrer sur des tâches individuelles, vous devez concentrer vos efforts à aider votre équipe  à terminer leurs missions. Maintenant, votre succès dépend de la réussite de votre équipe ( Cela est bien souvent oublié par certains MANAGERS). Donc, vous ne passerez pas votre temps à «faire»; vous serez comme un entraineur occupé à  superviser et guider les membres de votre équipe.

 

2. Mettre l’accent sur les détails plutôt que sur les objectifs

Venant d’un rôle individuel “contributeur”, vous êtes habitué à vous plonger dans les détails d’une tâche que l’on vous affecté, plutôt que des multi-tâches que l’on vous a envoyé par courrier électronique, alors que le téléphone sonne etc.
Mais en tant que Manager, vous ne pouvez pas savoir et suivre tous les détails de chaque projet sur lesquels les membres de votre équipe travaillent. Essayer de le faire va vous transformer en un microgestionnaire-ce qui n’est pas bénéfique pour vous ou votre équipe.
Il est important que les Managers débutants se rendent compte qu’ils doivent porter leur attention sur la vision globale. Superviser les projets individuels est une partie de cela, bien sûr, mais les Managers doivent apprendre à suivre les progrès de leurs collaborateurs efficacement afin de garder toute l’équipe sur la bonne voie vers la réalisation des objectifs à long terme.

 

3. Imiter Les Autres

Développer son propre style de gestion ne se fait pas par magie lorsque que l’on accepte le titre de «Manager».
Il est donc pas rare que les Managers débutants imitent tout simplement ce qu’ils ont vu avant et surtout si elles ont été promus à l’intérieur de l’entreprise, qui peut les amener à continuer à diriger le département ou l’équipe exactement de la même manière exacte que ce qui était fait auparavant.
Même si  ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose (peut-être que celui que vous imitez était exceptionnellement productif et efficace), il ne permet pas aux nouveaux Managers d’augmenter leur potentiel, et d’avoir un impact sur l’organisation.

4. Faire des promesses que vous ne pouvez pas honorer

Les nouveaux Managers peuvent être désireux de plaire à leur nouvelle équipe et de  prouver qu’il est un leader efficace et admirable.
Pour cela le Manager nouvellement nommé fait de fausses promesses qu’il ne pourra pas tenir du tout, augmentation de salaire, nouvel équipement qu’il n’est pas prévu d’être acheté. Le résultat est tout simplement catastrophique et amène à une perte de confiance de la part de ses collaborateurs. Il n’est pas exclus de pouvoir dire que vous y travaillerez mais sans promesse de résultats.

5. Absent sur les premières victoires faciles à mettre en place

Il y a des changements que vous pouvez faire immédiatement, comme vous débarrasser d’une inefficace et perte de temps réunion quotidienne ou en éliminant une étape de documentation répétitive, vous gagnez ainsi une réputation rapide d’être un Manager qui agit. Ne manquez pas cette étape.

6. Refuser de prendre des décisions

Sans aucune expérience préalable du management d’équipe, les nouveaux Managers, peuvent éprouver quelque chose appelé, la paralysie de décision. Celle-ci se traduit par le fait de trop analyser une situation au point qu’il ou elle ne prend jamais réellement une décision.
Et pour un Manager débutant, il est assez facile de se retrouver dans cette situation. Dans ce nouveau type de position, les choix que vous faites vous affectent vous, mais, touchent l’ensemble de votre équipe voir du département et / ou de l’entreprise. Avec le poids de cette connaissance, les nouveaux Managers ne veulent pas faire d’erreurs ou prendre de mauvaises décisions. Ainsi, ils retardent la prise de décision et souvent, finissent par ne  jamais prendre la décision du tout.

 

7. Rester en retrait

Nouveau sur le rôle, les managers, souvent, ne veulent pas apparaître comme trop autoritaire. Ils ne veulent pas sauter dedans et commencer à changer les choses sans une solide connaissance des employés, des objectifs de service, et les besoins de l’équipe.
Mais cela peu s’avérer dangereux. Sans orientation, votre équipe peut patauger rapidement, ils vont probablement remettre en question votre autorité et la capacité de faire avancer les choses.
Devenir un leader inspirant efficace prend du temps. Il est essentiel de trouver un équilibre entre le saut trop vite et ne pas sauter dans du tout, entre l’affirmation de votre autorité et ne pas devenir dominateur, et entre être désireux d’avoir un impact sur l’équipe et de rester réaliste.
Rappelez-vous: C’est un processus d’apprentissage. Efforcez-vous d’apprendre sans cesse (et d’éviter ces erreurs communes) et vous serez bien sur votre chemin pour devenir le Manager que vous voulez être.

Comment ne pas être offensé.

 

Il existe un ancien et bien entretenu secret du bonheur que les “Grands Êtres” connaissent depuis des siècles.

Article en partie traduit de l’anglais “How not to be offended” de “SHEMSI PRINZIVALLI”

 

coment ne pas être offensé

Ils parlent rarement, mais ils l’utilisent tout le temps, et il est fondamental pour une bonne santé mentale.

 

Il y a un ancien et bien entretenu secret du bonheur que les “Grands Etres” connaissent depuis des siècles. Ils parlent rarement, mais ils l’utilisent tout le temps, et il est fondamental pour une bonne santé mentale. Ce secret est appelé The Fine Art of not being offended” L’art fin de ne pas être offensé.

Pour être vraiment un maître de cet art, il faut être en mesure de voir que chaque déclaration, action ou réaction d’un autre être humain est le résultat de la somme de son expérience totale de vie à ce jour. En d’autres termes, la majorité des gens dans notre monde disent et font ce qu’ils font vis-à-vis de leur propre ensemble de craintes, conclusions, défenses et généralement ce sont des tentatives pour survivre.

La plupart du temps, même quand cela semble directement être dirigé vers nous, cela n’est pas le cas. Habituellement, cela a plus à voir avec toutes les autres fois, et en particulier les premières fois, que cette personne a connu une situation similaire, généralement quand elle était jeune.
Oui, cela est psycho dynamique. Mais avouons-le, nous vivons dans un monde où le psycho dynamique fait tourner le monde. Une personne qui veut vivre avec succès dans le monde comme une personne spirituelle a vraiment besoin de comprendre que la psychologie est aussi spirituel que la prière. En fait, le mot psychologie signifie littéralement l’étude de l’âme.

Tout cela dit, presque rien est personnel. Même avec nos plus proches, des êtres chers, nos partenaires, nos enfants et nos amis. Nous nageons tous dans les projections et les filtres de chacune de nos expériences de vie et souvent nous sommes juste les pièces d’échecs de la vie à laquelle nos proches ont leurs propres réactions intégrées. Cela ne veut pas déshumaniser la vie, mais surtout pour nous faire savoir que presque chaque fois que nous nous sentons offensé, ceci est en fait juste un malentendu.

Cela nous libère pour être un peu plus détaché des réactions des gens autour de nous. Combien de fois nous réagissons à une déclaration d’un autre en étant offensé plutôt que de voir que l’autre pourrait effectivement être mal?

Toute la colère, tout acte, toute rigueur, toute critique, est en vérité une forme de souffrance. En fait, il est généralement préférable de ne pas dire répondre à une  offense. Les personnes qui souffrent à l’intérieur, mais ne le montrant pas à l’extérieur, ne sont généralement pas désireux de montrer leur souffrance. Nous ne devons pas être le thérapeute de notre bien-aimé. Il suffit de comprendre la situation et passer à autre chose plutôt que d’attiser la colère. Au pire, nous éprouverons moins de souffrance et au mieux, nous avons une chance de faire du monde un meilleur endroit à vivre.

Il n’est pas non plus question de se laisser blesser gratuitement ou abuser.

La vraie compassion ne veut pas dire se laisser rabaisser. Mais quand on sait que rien est personnel, une chose de magique se produit. Nous pouvons dire, «Merci pour le partage, » et progresser. Nous ne sommes pas accroché par ce que l’autre fait ou dit, puisque nous savons qu’il ne nous concerne pas. Quand nous savons que notre valeur intrinsèque ne dépend pas de ce que l’autre dit, fait ou croit, nous pouvons prendre le monde un peu moins au sérieux. Et si nécessaire, nous pouvons juste marcher loin sans créer plus de misère pour nous-mêmes ou d’avoir à convaincre l’autre personne que nous sommes bons et dignes.
Le grand défi de notre monde est de vivre une vie de contentement, indépendamment de ce que les autres font, par exemple, penser ou croire. L’art de ne pas être offensé est l’une des nombreuses compétences pour être un mystique pratique. Bien que cela peut prendre toute une vie de pratique, il est vraiment l’un des secrets les mieux gardés pour vivre une vie heureuse.

Un Award pour les blogueurs … et les lecteurs

Un Award pour les blogueurs … et les lecteurs

 

Bonjour amis lecteur,

Je vous propose d’assister à une savoureuse démonstration de parfaite cohésion entre blogueurs.

Savez-vous qu’il existe les Libster Award, un jeu de reconnaissance entre blogueurs pour se soutenir et s’encourager, mais pas que …

Ce jeu est profitable à nos lecteurs qui vont découvrir que la blogosphère leur offre de nombreuses possibilités d’agrandir leurs connaissances, et d’outils pour façonner leur vie.

Merci à Gérard, du blog http://façonner-sa-vie-a-tout-age.fr/de m’avoir nominé et, ainsi, de vous permettre de mieux me connaître.

Vous allez ainsi pouvoir :

  • Découvrir qu’il existe d’autres types de relations professionnelles, entre personnes exerçant la même profession, que la compétition,
  • Découvrir d’autres blogs. Si vous trouvez de l’intérêt parmi l’un des blogs que je nominerai à mon tour, alors, je serai heureux d’avoir partagé cela avec vous,
  • Découvrir un peu plus de moi grâce aux réponses que je ferai ci-dessous.

Les règles du jeu pour le blogueur nominé:

  • Ecrire 11 choses sur lui,
  • Répondre aux 11 questions du blogueur l’ayant nominé,
  • Nominer à son tour entre 5 et 11 blogs et poser 11 questions aux blogueurs,
  • Mettre des liens vers les blogs choisis et informer les auteurs de leur nomination,
  • Remercier le blogueur à l’origine de sa nomination et l’informer que la tâche est accomplie.

11 choses pour me découvrir :

1 – J’ai travaillé et vécu dans 11 pays différents,

2 – Je commence toutes mes journées par une heure de marche dans la nature depuis plusieurs années,

3 – Je lis 3 fois par jour, 3 types de livres différents,

4 – Je me déplace principalement à moto, mais le moyen de locomotion que je préfère reste l’avion.

5 – J’ai déjà eu un second rôle dans un film de Thomas Vincent avec des acteurs tels que Sylvie Testud, Clovis Cornillac et Jean-Paul Rouve,

6 – J’ai vécu 2 ans aux USA et je pense que j’y retournerai un jour,

7 – J’ai combattu et vaincu 3 cancers,

8 – Je suis coach sportif en parallèle de mon activité professionnelle et de blogueur

9 – Je chante et je joue de la guitare, (du moins j’apprend),

10 – J’aime aider les autres, booster le potentiel qui est en eux

11 – Mon auteur préféré est Paulo Coehlo .

Mes réponses aux 11 questions de Gerard :

1) Quelle est ta couleur préférée ?

Ma couleur préféré est le bleu parce qu’elle cadre bien avec mes cheveux blonds et mes yeux bleus.

2) Quel défi t’es-tu lancé pour ton blog ?

Je me suis lancé le défi d’écrire un ebook sur comment booster son potentiel pour le premier trimestre 2017.

3) Pourquoi devenir Blogueur pro ?

Je souhaite pouvoir travailler tout en prenant soin de moi, ma santé et mon équilibre interne.

4) Quelle est la première idée qui te vient au réveil ?

Je suis en général rempli de gratitude d’être là, vivant et en bonne santé.

5) Quelle est ta passion première ?

Ma passion première serait la musique ( ou le sport)…..

6) Où sont tes racines ?

Mes racines sont tout autour de la terre, j’ai tellement voyagé, mais un penchant pour la Californie ou encore le Canada.

7) Quelle est ta définition du Bonheur ?

Ma définition du bonheur serait de pouvoir vivre pleinement ma vie tout en voyageant et en aidant les autres à s’épanouir.

8) Que signifie le Soleil pour toi ?

Le soleil pour moi est synonyme de bien-être et de vitamine D

9) Y a-t-il une Vie après la mort ?

Je pense que la réincarnation existe vraiment et j’espère l’être en oiseau migrateur.

10) Quel est ta meilleure expérience de développement personnel ?

Difficile à décrire, car il y en aurait tellement, mais entre autres, avoir combattu et vaincu mes 3 cancers. Ma vie s’est transformée après ces 3 épreuves consécutives.

11) Quel est ton souvenir le plus heureux ?

Mon souvenir le plus heureux reste mon premier voyage aux USA, j’étais tellement impressionné par tout ce que je découvrais.

Les 5 blogueurs que je nomine :

Mes 11 questions aux blogueurs nominés :

1) Quelle est ton activité préférée ?

2) Quel défi t’es-tu lancé pour ton blog ?

3) Quelle est ta plus grande qualité ?

4) Comment prends-tu soin de toi ?

5) Quelle est ta passion première ?

6) Quelle est ta plus belle expérience professionnelle ?

7) Quelle serait ta destination de rêve ?

8) Quel sport aimes-tu pratiquer ?

9) Campagne, montagne ou mer?

10) Quel est ton plus grand défaut?

11) Quel est ton souvenir le plus heureux ?

Et surtout, ne partez pas avant d’avoir partagé dans les commentaires la réponse à la question de votre choix.

LES FEMMES FONT PEUR AUX HOMMES

 

 

J’ai hésité en écrivant le titre.. j’aurais tout aussi bien pu poser la question « pourquoi les hommes ont peur des femmes? ou « pourquoi les femmes font peur aux hommes? »

Peu importe la formulation, le constat est là au vu de  tous les propos que j’entends par les hommes, tout particulièrement ceux qui sont en solo à la recherche de leur âme sœur.

 peur-de-l-engagement-des-hommes

« Les femmes nous font peur »

 

Le constat étant fait, j’ai décidé de venir vous en parler sous forme d’une lettre ouverte à l’Homme.

 

Cher ….

Nos premiers mois de découverte étaient magnifiques et déjà tu es en train de t’éloigner.

Quand j’essaie de t’en parler, tu me réponds avec résignation «  je sais pas, tu me plais bien mais cela me fait peur »

Je ne sais toujours pas si c’est de « moi » dont tu as peur ou de la relation? 

En gros, voici un peu tout ce que tu m’as dis pour expliquer « ta fuite »

 « tu sais tout faire, tu t’occupes de tout toute seule, tu arrives à super bien gérer ta vie.

A coté de tout cela, toi tu as plein de loisirs, tu vois tes copines et vous passez de supers moments, tu peux partir en vacances toute seule, moi pas, tu ne t’ennuies jamais.. 

Puis tu assures sur le plan financier, (même si je reconnais que ton salaire est bien plus faible que le mien,) je vois que tu gères super bien tes dépenses. 

Physiquement, t’as encore un corps super bien entretenu, tu vas régulièrement chez le coiffeur et l’esthéticienne et je vois bien que les hommes te regardent quand tu es avec moi, je suis presque jaloux de toi! 

J’ai peur de poursuivre notre relation car je ne sais pas quel sens tu donnes à ma présence avec toi.

 J’ai peur de m’engager avec toi car ton indépendance m’effraie.

Je me faufile souvent devant tes questionnements pour PLUS D’engagements car j’ai une super trouille que cela ne marche pas. 

Finalement, je ne sais pas ce que je t’apporte, je ne sais même pas pourquoi tu me gardes et aussi pourquoi on est ensemble » 

Mon très cher amour,

 Il est donc grand temps que je te réponde car tes propos me font sourire mais je vois bien que toi tu ne prends pas notre relation avec le sourire, tu es un peu, beaucoup perdu!

 

Comme beaucoup de femmes de notre génération, Je fais effectivement beaucoup de choses, non pas toujours par choix mais par obligation aussi (et cela tu l’oublies un peu facilement non??) 

         Quand une femme vit seule, elle apprend vite à gérer sa maison, sa voiture, à bricoler, à gérer son porte monnaie et à faire appel le moins possible à des intervenants extérieurs (cela a un coût et comme tu le dis, les salaires féminins/masculins ce n’est pas encore l’égalité!!)

 

Cela ne veut pas dire : Je veux tout faire et ne laisser aucune place au mec!

Si tu t’engageais un peu plus, nous pourrions former  une super équipe complémentaire et si tu t’y mets un peu, nous pourrions de plus en plus partager les tâches et tu verras que tu sauras vite apprécier ton rôle de soutien

Voici déjà une des choses importantes que tu m’apportes : ton soutien, ton épaule..

 

 

Mes loisirs, mes vacances, mes moments en solo : certes, j’ai besoin d’avoir du lien social, une vie extérieure, des moments pour moi.

Là encore, sache que si j’avais à choisir entre partir avec toi main dans la main pour un voyage à 2 ou partir en solo vers une destination lointaine, je n’hésiterais pas trop longtemps : ce serait avec toi que j’aurais envie de partager le coucher de soleil.

 

Oui cela t’étonne souvent, mais les femmes fonctionnent à l’affect donc si elles sont avec leurs amoureux, elles sont déjà super comblées..

 

En solo, elles colmatent les brèches comme on dit

Sais tu que partir seule c’est souvent fuir sa solitude mais ELLE, elle ne t’oublie pas même au bout du monde!

Profiter des belles choses de la vie ( elle est courte)  la savourer est souvent un art de vivre.

 

Mes moments en solo, c’est un peu comme si j’avais appris à apprivoiser ma solitude. Je suis passée par des énormes moments de cafard, voir de désespérance puis j’ai fini par savourer ces moments rien que pour moi.

 

Si tu étais là mon amour, à t’engager plus avec moi, t’inquiète, je veux bien en laisser de coté de mes moments en solo.. ce n’est qu’une façon de vivre, cela se modifie selon les circonstances.

 

Quiétude financière, penses tu..

Certes, j’ai bossé dur pour en arriver au poste où je suis.

Certes, j’ai maintenant une rémunération confortable mais tu sais.. là encore, ne te sauve pas en courant, soit simplement mathématicien, si nous nous « associons » nous garderons notre indépendance financière si tu le veux mais en tout cas nous mutualiserons nos dépenses, donc sois fière que je sois autonome et que je puisse m’assumer. Ne sois pas jaloux, mais au contraire plus que ravi et fier d’avoir une compagne qui sait tenir un budget!

 

Physiquement et psychologiquement, bien dans les baskets ou talons aiguilles !

 j’ai toujours entretenu mon corps et tu imagines forcément que me retrouvant seule, je fais d’autant attention à ma personne.

 Permets moi de te dire qu’il s’agit comme d’un « capital séduction » ET tu en profites puisque je t’ai séduite!

Célibataire, si je commence à me négliger, à perdre toute féminité et à détester mon image, je suis mal partie pour faire la rencontre de ma vie

Je fais donc attention à ma personne et de ce fait j’entretiens un regard sur moi qui me permet plus aisément de m’abandonner à l’autre.

 Si j’étais bourrée de complexe, ma sensualité ne serait surement pas au top

 

Ma sensualité t’effraie, vas tu assurer?

 

Cesse de t’inquièter là dessus!! dans ce domaine comme dans plein  d’autres, je ne te demande pas de faire la compétition, « d’assurer » d’être un étalon etc. ’

J’ai besoin de tendresse, de câlins d’attentions, d’une sexualité épanouissante, tout comme toi.

 Ne sois donc pas effrayé, tu as tout à gagner que je puisse avoir une libido qui se porte bien et un corps qui sait s’abandonner à tes caresses.

N’oublie pas que nous sommes 2 et si chacun connait le désir, et l’exprime..  la « machinerie » suivra !!

 

Que faire de tes peurs à mon égard ?

 

       m’en parler en m’avouant les choses avec sincérité, sans honte, tu ressens cela, il y a des solutions, ne fuie pas!

       échanger le plus possible sur tous les sujets épineux, ne pas se dire « tu as raison, j’ai tort » mais trouver le meilleur consensus possible dans l’écoute de nos besoins

       tenter de retrouver confiance dans la gente féminine, ne pas comparer, ne pas se dire « elles sont toutes pareilles » «  elles vont me plumer » etc

       apprendre à mieux te connaitre : tu es bourré de qualités, de ressources en toi mais souvent tu donnes la place au négatif avant de penser positif.

       Savourer ce que tu as : tu n’es peut être pas « mon » homme idéal mais si je suis avec toi, c’est parce que c’est TOI et pas quelqu’un d’autre. Inverse ainsi les rôles, moi ce n’est pas une autre qui serait comme ceci ou comme cela…

       Faire quelques efforts pour te sentir de mieux en mieux dans ta peau de mec : si tu n’aimes pas le regard que tu portes sur ton corps, ton physique, tu peux intervenir pour changer les choses, cesse de penser que cela ne sert à rien, ton capital séduction est important pour t’aimer.

       Apprécie d’avoir séduit une femme qui « assure » qui peut t’apporter plein de choses et donc niveler vers le haut plutôt que vers le bas

       Reprend confiance en tes atouts et apprends à les valoriser ET surtout dis toi que nul n’est parfait mais on peut toujours tendre à l’excellence

       Ouvrir ton coeur, il a parlé pour toi, écoute le, il n’y a pas de meilleur baromètre de ton bonheur et n’oublie pas que le risque « zéro » n’existe pas!

 

Souffrir de ne pas avoir aimer est plus difficile que souffrir d’avoir aimer

 

Article rédigé par Lysiane THOMAS, Coach en Bien Etre Amoureux

www.devousamoi-metz.com

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...