Cher Cancer

cher cancer 5

Cher Cancer,

Nos routes ce sont croisées il y a dix sept ans maintenant et donc un peu comme un anniversaire, je t’écris cette lettre.

C’est une lettre qui je l’espère au travers des médias sociaux, trouvera un échos auprès de toutes celles et ceux qui se battent ou qui se sont battus contre le cancer. Car le cancer contrairement à ce qui se passe aujourd’hui dans le monde, n’a pas de sexe, n’a pas d’âge, n’a pas de religion. Il ne fait pas de différence entre les enfants, les ados, les personnes âgées, les parents, les personnes gentilles ou méchantes.

Nous avons passé 17 ans de “ma vie” ensemble. J’ai donc appris à te connaître “cancer”, au départ, la première fois que l’on s’est rencontré il y à 17 ans, je ne t’ai pas accepté, je n’ai pas voulu te laisser de la place dans ma vie, parce que j’estimais que tu n’avais rien à y faire. J’ai donc fermé les portes, j’ai pris ça comme un seul combat unique, une seule guerre.

Je n’ai donc pas changé mes habitudes, le chirurgien a fait son travail, et pour ma part, comme je n’acceptais pas ta présence, je me suis “simplement” dit, continue de vivre “comme tu vivais” hier. Avant que tu n’arrives dans ma vie. Je continuais donc de travailler, même pendant les traitements chimio. J’ai continué de faire du sport. Beaucoup de sport, même si les médecins me disaient de ne pas en faire de trop, mais cela m’a tellement apporté durant ces épreuves. Malgré aussi ce que mon entourage le plus proche me disait. Puis voilà, les choses se sont passées et j’ai repris le cours de ma vie.

Puis tu es revenu une seconde fois et une troisième fois. Comme si la vie me disait que, je n’avais pas compris que mon corps avait tiré la sonnette d’alarme la première fois. Pas compris pourquoi tu entrais comme ça de manière invasive dans mon corps, mes organes, mes cellules. Tu as complètement changé ma vie, tu m’as fait souffrir dans mon corps, dans mes chairs, dans mon esprit. Tu m’as pris en otage ainsi que mes proches qui ont subis eux aussi toute la souffrance que je pouvais subir. Même si mes proches essayaient de ne pas montrer combien, j’avais faibli, je perdais du poids, mon corps se métamorphosait tous les jours un peu plus. Car c’est ainsi que tu agis, sournoisement, tu prends toutes les forces qui restent et plus encore. J’ai eu des moments de doute, bien entendu. La peur m’a parfois tenu compagnie durant des jours et des semaines. Je me suis à plusieurs reprises retrouvé aux soins intensifs totalement impuissant, totalement incapable de faire un seul geste, branché de toute part et livré au seul bon vouloir du personnel soignant à qui je tire mon chapeau car ça n’est pas un métier facile que de venir en aide bien souvent avec des effectifs et des moyens réduits au maximum. Je voudrais dire aux politiques qui prennent des décisions sur les moyens à disposition dans les hôpitaux d’aller ne serait-ce qu’une fois dans des services de soins palliatifs ou simplement dans les services et de voir combien il est parfois difficile aux équipes  soignantes de pouvoir soigner “dignement” les malades. Les équipes sont stressées poussées par un timing de soins à respecter. Il est un point crucial à ne pas négliger dans la guérison et que l’on oublie, c’est le bien-être du malade. J’ai souvent parlé avec les équipes soignantes en 17 ans, et le constat est alarmant. Le stress est présent, et les soignants sont unanimes, ce qui est le plus frustrant est de ne pas pouvoir passer un peu plus de temps avec chaque malade pour leur apporter un soutien psychologique. Car madame la ministre, un malade atteint du cancer est seul face sa conscience quand le soir venu les visites sont terminées. Quand il n’a personne pour lui rendre visite. Ce qui ne fût pas mon cas, car j’ai la chance d’être bien entouré. Ma famille, mes amis et surtout mon épouse a qui je tire mon chapeau même si elle n’a pas vécu à mes côtés les 3 cancers elle a été là pour les moments les plus difficiles de mon existence. Elle a toujours était là, malgré qu’elle aussi souffrait de me voir dépérir impuissante. cher cancer

Je me suis donc mis à analyser cette seconde fois et cette troisième fois. Analyser pour comprendre pourquoi tu revenais à nouveau dans ma vie. J’ai compris que tu entrais et laissais une empreinte indélébile dans mon corps, dans ma vie. J’ai cherché à comprendre qui tu étais. J’ai découvert, qu’il y avait un nombre incroyable de cancers différents. Mais il y a tout autant de façon de combattre, “d’accepter” ce qui arrive quand “Tu” entres dans la vie des gens.

Pour moi, les personnes atteintes d’un cancer deviennent “malgré elles” des “guerriers”. Des guerriers du cancer. Les personnes atteintes du cancer sont affaiblies mais pas faibles, au contraire. Il faut beaucoup de courage pour se battre contre le cancer et la maladie chronique en général. Les personnes atteintes d’un cancer sont abimées dans leur chair, mais “en général” font preuve d’humilité.

Je m’adresse maintenant aux personnes qui ont le cancer ou une maladie chronique “grave”. N’ayez pas honte de ce que vous traversez, de ce qui vous arrive. Vous n’êtes pas des pestiférés. Ca n’est pas facile de faire face au cancer. Cela remet beaucoup de choses en question. Toute votre vie. Le regard des autres, ceux qui jugent, critiquent, j’ai envie de vous dire “ n’en tenez pas compte”.  Ils n’ont pas de leçon à vous donner et de votre côté, vous n’avez pas à vous justifier devant eux. C’est vous qui entre guillemets “pourriez” leur donner une leçon de vie. A celles et ceux qui vous regardent “ de haut” vous jugent, vous méprisent même parfois, parce que votre corps change, vous perdez du poids, vos cellules se fatiguent. Votre état psychologique s’amenuise. Tout change en vous avec le cancer, la chimio vous affaiblit. La première fois, j’a perdu 20-25 kilos. Pour quelqu’un qui était comme moi “fort” physiquement, je pratiquais la musculation à “haut” niveau. J’ai récupéré un peu aujourd’hui mais loin, de ce que j’étais avant ces maladies.

cancer7

Personne autour de vous ne peut vous donner de leçons. Il faut également penser à votre entourage, l’entourage des personnes atteintes du cancer. C’est important, les personnes qui sont là, qui vous aiment, souffrent également de vous voir comme ça affaibli par le cancer. Parfois elles souffrent “presque” tout autant que les personnes malades. C’est difficile de vivre au quotidien aux côtés des personnes malades. Je ne donne pas de leçon, mais il faut également apprendre à vous protéger. Il ne faut pas se jeter corps et âmes “sous prétexte” que la personne malade est une personne proche de vous de cœur ou de sang. En faisant cela c’est vous qui risquez de perdre pieds. Vraiment, je vous assure, ceci n’est pas la bonne façon de faire. Prenez des moments pour vous ressourcer afin d’être disponible au moment où la personne malade en aura le plus besoin. Car vous allez parfois être face à des chirurgiens qui ne prennent pas en compte ou si peu le bien-être des malades. Attention, je les félicite, moi je suis toujours tombé sur des chirurgiens efficaces. D’un autre côté, le chirurgien, ne peut pas ressentir ce qu’un malade atteint du cancer ressent. Il connait la maladie, mais n’a pas eu le cancer. Il ne connait pas la douleur de la personne malade. Il fait le geste technique et heureusement “majoritairement” le fait bien. Certains ont de la compassion, pas tous, et ils ne le peuvent pas sinon, ils prendraient la misère du monde sur les épaules. C’est le plus souvent, l’équipe soignante “ infirmières, aide-soignantes” qui accompagnent les malades. Qui parfois même absorbe la souffrance du malade et la détresse au quotidien. Sans oublier comme je le disais auparavant, les personnes qui vous “aiment”, mais il faut se protéger.

Le malade ne vous en veut pas si une journée ou deux, vous ne venez pas le voir. Parfois il a envie de vous dire “ ne vient pas”. Prends soin de toi, prends du temps pour toi.

cancer

Voilà, cher Cancer, j’avais déjà envie de dire ceci. Toi qui t’insinue dans la vie des gens et qui change tout comme une tempête. Nous, en tant que malades avons, j’ai envie de dire des “obligations” c’est peut-être un peu fort car nous sommes tous différents face à la maladie. Mais nous devons nous battre, ne pas baisser les bras et surtout ne pas s’avouer vaincu avant d’avoir combattu. Je sais que cela est facile à dire, mais je vous en conjure, essayez de continuer à sortir même si c’est 30 minutes dans la nature, ou en salle de gym pour bouger un peu. Fixez-vous des objectifs même les plus petits tant qu’ils sont adaptés à vos capacités. Lisez, pratiquez la méditation. Je sais que parfois on souffre, on a mal physiquement. Il faut rester positif. Je ne donne pas de leçon, je partage mon combat, 3 cancers en 15 ans plus des interventions et autres soucis issus de ces cancers. Je n’ai aucune leçon à donner, j’ai vécu des choses et je combat encore certains problèmes liés à ces 17 dernières années. J’ai également des proches qui se battent contre ce fichu cancer, je veux juste donner de l’espoir à celles et ceux qui souffrent.

En tant que malade à un moment donné, j’ai mis des choses en place pour m’aider à traverser ces maladies. Ces choses m’ont aidées à traverser ces épreuves et me sortir de tout ça. 17 ans c’est long, mais même si parfois j’ai pu avoir des moments de doute, je suis passé au travers de ces épreuves. J’ai donc compris que j’avais des choses à changer dans ma vie, pour être plus en harmonie avec mon corps. Je n’étais pas en harmonie avec mon corps, le stress, le travail, voyager autour du monde pour de mauvaises raisons. J’ai testé beaucoup de choses différentes, j’ai donc envie de les partager avec vous au travers de mon blog que vous pouvez atteindre ici http://accomplirsondestin.com/

Mon but est de donner du positif aux personnes qui souffrent du cancer ou de la maladie. Alors, si vous lisez cette lettre ouverte au Cancer et que vous pensez que cela peut aider d’autres personnes, alors partagez-le, traduisez-le, je souhaite qu’il puisse traverser les frontières. Si cela peut aider des personnes autour de vous s’il vous plaît faites circuler ce message et qui sait donner de l’espoir pour changer de toute cette négativité que l’on voit aujourd’hui. En tant que malades, nous sommes des guerriers de lumière, nous pouvons apporter un plus en partageant ce message d’espoir.

Merci

Freddy

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

6 commentaires

    • Freddy Vandenberghe dit

      Merci Emmanuelle. Je souhaite surtout apporter un peu de réconfort ou d’aide aux personnes qui traversent des épreuves douloureuses et démontrer que l’on peut s’aider soi-même dans les plus durs épreuves de la vie. Belle journée à toi.

  1. Ludivine dit

    Très chouette. Sincère, authentique. Merci Freddy pour ce témoignage plein d’émotions et de force.
    (comment je peux partager sur FB??)

    • Freddy Vandenberghe dit

      Merci Ludivine, si tu vas à la fin de l’article ou sur le côté tu dois avoir une icône Facebook  » bouton partager sur Facebook » disponible sinon tu peux aller sur Facebook, tu as une page appelée Accomplir son destin c’est la mienne tu y retrouveras l’article que tu pourras partager. merci encore. belle journée à toi.

  2. Bruno dit

    Très sincère et authentique dans ta façon d’écrire, Freddy. C’est venu me chercher… Sois sûr que je vais partager cet article! 😉

    • Freddy Vandenberghe dit

      Merci Bruno, c’est en effet du vécu, j’ai pratiqué ces rituels et d’autres encore….Merci pour le partage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *