La programmation de nos habitudes

la force de nos habitudes3

Il n’est rien dont ne puissent triompher la persévérance, l’attention et les soins soutenus.

« Sénèque ; Lettres à Lucilius – Vers 64 ap. J.C. »

Vous découvrirez dans ce premier chapitre comment nous sommes, dès notre plus petite enfance, programmés et que cela influe grandement nos réussites ou échecs futurs.

Nos vies quotidiennes sont souvent une série d’habitudes que nous répétons chaque jour, une existence entravée, enchaînée par une lente accumulation de nos actions précédentes.

Mais les habitudes peuvent changer, aussi difficile que cela puisse paraître par moments.

J’en suis un exemple vivant : avec de toutes petites, d’infinitésimales étapes, j’ai changé une liste interminable d’habitudes. J’ai arrêté de fumer, arrêté les dépenses compulsives, je me suis désendetté, j’ai commencé à courir, à me lever plus tôt, à manger plus sainement, à devenir économe, à simplifier ma vie, à devenir organisé et concentré et productif, j’ai transformé mon corps, j’ai participé à des épreuves sportives, j’ai lancé quelques blogs, j’ai travaillé à l’étranger, Russie, USA, UK, Allemagne… bref, vous voyez le tableau.

C’est possible.

Et bien que j’ai écrit sur les changements d’habitudes de nombreuses fois au cours de la vie de mon blog https://accomplirsondestin.com/, aujourd’hui je vais réunir les meilleurs conseils en un seul aide-mémoire, pour aller directement droit au résultat. Devenir la meilleure version de soi-même.

Restez simple

Changer ses habitudes n’est pas si compliqué. Même si la somme de conseils ci-dessous va sembler écrasante, il n’y a en fait que quelques trucs à savoir. Tout le reste consiste à les aider à devenir réels.

Enfant, j’étais très grand (je le suis toujours) mais surtout très maigre. Vous savez comme moi, que les adolescents sont très méchants entre eux en ce qui concerne le physique en particulier et cela nous vient de notre enfance et remonte je dirais à la nuit des temps.

De ce fait, j’ai longtemps été très timide, très effacé, je n’osais même pas m’asseoir à côté d’une fille encore moins lui parler. Je n’osais pas pratiquer de sport collectif car ma hantise était de me retrouver dans les vestiaires et de devoir me déshabiller devant mes camarades. Cela à duré très longtemps et probablement entaché mon adolescence. J’ai par la suite mis en place de bonnes habitudes sportives, j’ai transformé mon corps en 6 années de travail, c’est long mais je partais de loin. Je suis devenu le gars cool que l’on voulait comme ami, le petit ami protecteur, le portier ou colosse de la sécurité dans les concerts. C’est ça la force des habitudes, des bons rituels. C’est pour cela qu’il est important de comprendre cette étape, de comprendre vos mauvaises habitudes, leurs origines afin de les traquer sans cesse dans les prochains chapitres.

Le problème avec les bonnes résolutions, même si j’avoue aimer l’optimisme des bonnes résolutions, est que malheureusement, l’enthousiasme et l’espoir disparaissent souvent au fil des semaines, et nos efforts d’amélioration personnelle prennent fin.

Si celles-ci échouent à plus de 80%, les raisons en sont multiples.

la force de nos habitudes2

Nous essayons de prendre trop de résolutions à la fois, et cela divise notre concentration et notre énergie. C’est beaucoup moins efficace de s’attaquer à plusieurs habitudes à la fois.

Nous n’avons qu’une certaine dose d’enthousiasme et de motivation, et on se retrouve à court parce que nous essayons d’en faire trop, trop tôt. Nous dépensons toute cette énergie dès le début puis nous sommes à court de carburant.

Nous essayons de prendre des habitudes très dures dès le début, ce qui fait que c’est difficile et que nous sommes dépassés ou intimidés par la difficulté et nous abandonnons.

Nous essayons d’être « discipliné » et de prendre des habitudes pas très plaisantes, mais notre nature ne nous permet pas de les faire durer longtemps. Si nous ne voulons vraiment pas faire quelque chose, nous ne serons pas capables de nous forcer à le faire longtemps.

La vie suit son cours. Certaines choses surgissent inopinément et se mettent en travers du chemin que nous prenons et de notre habitude naissante.

Les résolutions sont souvent vagues ─ je vais faire du sport ! ─ mais ne contiennent pas d’action concrète et ne se basent pas sur des techniques prouvées quant à la prise d’habitudes. C’est une recette de l’échec.

Il y a d’autres raisons, mais celles ci-dessus sont facilement suffisantes pour nous ruiner nos résolutions.

Inconsciemment, nous avons tous été « plus ou moins programmés » à la manière d’un ordinateur. La plupart de toutes nos actions et pensées, sont posées d’une façon inconsciente. Nous réagissons aux choses de la vie, selon les données déjà acceptées par notre esprit « subconscient ». En réalité, si dès notre enfance, nous avons été bien éduqués (programmés)par nos parents, nos réactions seront positives, la plupart du temps. Dans le cas contraire, elles seront le plus souvent négatives. Il va sans dire qu’il est d’une importance capitale pour tous les parents de donner le bon exemple à leurs enfants, afin que leur subconscient soit bien programmé. N’oubliez pas que les premières années de la vie d’un enfant sont les plus importantes en ce qui concerne le processus de programmation de son esprit subconscient. Quoi qu’il arrive durant sa vie d’adulte si son subconscient a été bien « programmé » l’enfant en lui s’en souviendra et dictera à l’esprit devenu adulte le comportement juste à adopter.

Cela parait difficile, mais c’est nécessaire : quand vous essayez de briser les liens entre une vieille habitude et un déclencheur, et de former un nouveau lien entre le déclencheur et une nouvelle habitude, vous devez être régulier. Vous ne pouvez pas ne pas le faire de temps en temps, sinon il n’y aura pas de nouveau lien, ou du moins il mettra très longtemps à se former. Donc, au moins pour les 21 premiers jours (et de préférence les 60), vous devez agir avec la nouvelle habitude et pas avec l’ancienne. Pas d’exception, où vous gâcherez vos efforts. Si vous échouez, faites le point, apprenez de vos erreurs, planifiez votre réussite, et essayez encore.

Vous ne me croyez pas, alors je vous invite à tester la chose suivante.

Si votre objectif est d’arrêter de fumer. Commencez simplement par compter le nombre de cigarettes que vous fumez par jour et décidez d’en fumer une seule de moins durant une semaine. Vous verrez qu’en appliquant cette méthode, au bout d’une semaine vous contrôlerez votre consommation et si vous poursuivez vous pourrez ainsi réduire naturellement sans forcer votre consommation encore plus facilement jusqu’à l’arrêt total.

Imaginons que vous souhaitez vous mettre au sport. Vous vous dites, c’est cher, ça prend du temps. Mais si vous débutez par 10 minutes de marche à pieds tous les deux jours. Puis 15 minutes, puis 20 minutes et ainsi de suite. Le mécanisme va être le suivant, votre corps va avant tout prendre du plaisir et va réclamer comme ci il vous demandait un morceau de sucre ou un Fast Food quand vous en mangez de trop. C’est exactement le même mécanisme. Cependant si vous partez pour la première fois courir et que vous essayez d’avaler 5, 10 kilomètres, vous allez tout de suite en demander trop à votre corps et vous tiendrez une semaine peut-être deux mais pas plus. Prenez le temps de modifier une seule habitude à la fois.

Ceci est applicable à toutes choses. C’est pour cela que les gens n’arrivent pour la plupart pas à atteindre des objectifs.

Pour résumer, ne partais pas tête baissée, vos « mauvaises habitudes » ne sont pas arrivées en une seule journée. Cela fait des années que vous pratiquez la mal bouffe, ça fait des années que vous avez mis la première cigarette à votre bouche, que vous mangez des sucreries. Ça fait des années aussi que vous êtes dans ce travail qui ne vous convient pas. Ça fait des années que vous rêvez de prendre l’avion pour découvrir d’autres pays. Des années aussi que vous rêvez de participer à votre premier marathon, que vous rêves de quitter la France pour vivre dans un autre pays.

Il faut donc un minimum de temps pour changer une mauvaise habitude en bonne habitude. Un peu de temps pour que votre esprit comprenne que vous êtes en train de changer les choses. De plus votre corps, votre esprit vont combattre cette nouvelle habitude car cela apporte de l’inconfort. C’est pour cela que je vous demande de débuter doucement pas à pas. Ne soyez pas impatient. Croyez-moi, c’est d’une importance capitale, sinon vos efforts sont voués à l’échec. Bien entendu, certaines personnes sont plus avancées et sont prêtes à vouer corps et âmes dans cette quête du nouveau soi, mais majoritairement, il est préférable de suivre pas à pas cette méthode et de tempérer les ardeurs du début. Je peux vous affirmer à 100% sans aucun doute que plus de 85% des personnes qui ne suivront pas cette abandonnerons cette aventure et diront la chose suivante « ça ne marche pas ». Je ne souhaite que votre réussite et comme je le disais plus tôt, je suis là pour vous guider ayez confiance. Je donnerai la possibilité plus tard à chaque lecteur de bénéficier d’un coaching personnalisé si besoin.

Connaissez vos motivations, et soyez sûr qu’elles sont fortes. Vous devez clairement savoir pourquoi vous faites ça, et les bénéfices qui en découlent doivent être clairs à vos yeux. Si vous ne le faites que par vanité, bien que ce soit une bonne motivation, ce n’est généralement pas suffisant. Nous avons besoin de quelque chose de plus fort. Personnellement, j’ai transformé mon corps pour me protéger des attaques des autres adolescents de mon âge. Pour aussi me sentir plus fort et progresser dans ma vie personnelle et professionnelle.